Simca 1100 GLS

Au sommaire
  1. Niveau mécanique
  2. Niveau finition
  3. Bilan

A la fin des années 60, il manquait dans la gamme Simca, entre la 1000 et les 1301-1501, un modèle intermédiaire de la classe de la Peugeot 204, de la Renault 8 Major ou encore de la Renault 10. En préparation depuis longtemps, c’est fin septembre 67, entre les salons de Francfort et de Paris, que la Simca 1100 est apparue.

 

Le lancement officiel fut opéré en Sardaigne avant que la voiture ne soit mise à disposition de la presse automobile de l’époque pour un essai sur le circuit de Montlhéry.
Sur le marché français comme sur le marché international, la nouvelle Simca entendait s’attaquer aux positions déjà acquises par plusieurs modèles de conception assez différentes, telles la Peugeot 204, l’Autobianchi Primula, la Renault Major, la Renault 10 ou encore, à moindre échelle, la Fiat 124. La concurrence était donc sévère et on s’apercevait que Simca voulait mettre le maximum d’atout dans son jeu en utilisant certaines des caractéristiques retrouvées sur l’un ou l’autre des modèles rivaux. Il s’agit en effet d’une traction-avant, comme la Peugeot 204, dont la cylindrée est très voisine de même que sa puissance ; le moteur, placé transversalement, est beaucoup plus incliné que celui de la 204 Peugeot mais, comme sur la Primula Autobianchi, la boîte de vitesses est en bout de vilebrequin ; comme la Primula, également, la Simca 1100 est livrée sous différentes formes de carrosserie, assez nombreuses pour semer la confusion.

Qu’on en juge :

  • avec le moteur 53 ch DIN : berlines deux et quatre portes LS, break LS deux portes et break tolé deux portes;
  •  avec le moteur 56 ch DIN : berlines GL deux et quatre portes ; berlines GLS deux et quatre portes et break GLS deux portes.

Les dénominations L, LS, GL et GLS correspondent à celles que l’on connaît avec les gammes Simca 1000 et 1301-1501 et marque le degré plus ou moins poussé de la finition et de l’équipement. Cela fait donc au total neuf modèles dont les prix, pour les berlines, s’échelonnaient de 7750 F pour la LS deux portes à 9050 F pour la GLS quatre portes, cette dernière étant le modèle décrit lors de cet essai de plus de 1000 km à l’époque.

Niveau mécanique

Contrairement à Peugeot, Simca est resté fidèle à la conception de moteur en fonte non chemisé (développement d’alliage léger pour Peugeot). L’inclinaison du moteur a permis la conception d’un capot plat et plongeant, améliorant la visibilité. En outre, le moteur est caractérisé par le renforcement d’organes essentiels et notamment du vilebrequin.

La cylindrée totale est de 1 118 cm3 (1 130 cm3 pour la Peugeot 204) et la puissance est de 56 ch DIN à 5 800 tr/min (53 ch pour la 204 au même régime).
Lors des essais réalisés, la Simca 1100 GLS a affiché une vitesse maximale de 141km/h, une accélération de 0 à 100 km/h en 18,8 s, 45 km/h maximum en 1ère, 75 km/h pour la 2ème et 110 km/h pour la 3ème. Enfin, l’automobile s’est révélée surprenante au niveau de ses performances sur circuit routier : 5 m 19 s pour 9 km 181 m soit 103 km/h de moyenne.

La boîte de vitesse propose 4 rapports tous synchronisés, le système de freinage est à disques à l’avant et à tambours à l’arrière accompagné d’un dispositif répartiteur de freinage afin d’éviter le blocage des roues arrières, la direction est à crémaillère permettant un rayon de braquage de 11 m, la berline 4 portes a un poids de 890 kg à vide (dont 520 kg sur l’avant et 370 kg sur l’arrière), le réservoir d’essence a une capacité de 42 litres, le circuit de refroidissement comporte 6 litres et le carter d’huile 4 litres. Enfin, au niveau de sa consommation, la Simca 1 100 GLS affiche une variation de 8 à 10,5 l/100 km.

Niveau finition

L’équilibre est assez bien réussi malgré l’arrière qui, à l’instar de celui de la Peugeot 204, semble être le résultat d’un maigre travail de l’arrière de la Peugeot 204 et de la Renault 16. La Simca 1100 GLS est compacte, à l’image de sa concurrente, mais l’empattement est tout de même de 252 cm. En outre, si l’extérieur de la carrosserie avec son bleu métallisé fait bonne impression, l’intérieur américanisé (garnitures bleu pâle métallisé) laisse un arrière goût de faux luxe tapageur qui aurait certainement dû laisser la place à plus de sobriété.
Il faut toutefois noter quelques efforts au niveau de l’ergonomie, efforts qui auraient d’ailleurs pu être prolongés : aérateurs latéraux orientables sur le tableau de bord (mais malheureusement ne formant pas un ensemble), vide-poche et boîte à gants aménagés avec serrure (mais sans poignée), accoudoirs sur les 4 sièges du côté des portes, tableau de bord complet (voyant d’essence, de pression d’huile, de charge d’alternateur et d’éclairage route), pendule, thermomètre de température d’eau, allume cigare, appel de phare, plafonnier etc.

Afin de pouvoir se servir de la Simca GLS dans diverses situations, la banquette est repliable sur elle-même et s’escamote au niveau du plancher du coffre et permet l’utilisation d’un coffre d’une capacité de 1 175 dm3, trois fois sa capacité initiale.

Bilan

Au final, proche de sa concurrente de Peugeot, la Simca 1 100 GLS s’en distingue toutefois sur plusieurs aspects et son bilan est plutôt positif : l’habitable aurait pu, en effet, être mieux travaillé, spécialement au niveau des sièges, mais la bonne qualité des suspensions ainsi que l’efficacité de l’amortissement de la voiture permet un confort satisfaisant et une  bonne tenue de route. En revanche, l’insonorisation de la voiture de même que les bruits de carrosserie perturbent quelques peu le confort : passés les 100 km/h, et de manière générale en conduite plus cadencée, le moteur devient très bruyant. Cependant, les bonnes performances qu’il affiche sauve cette inconvénient du bruit. Concernant l’espace, celui-ci est raisonnable mais il risque de manquer aux personnes de grandes tailles qui, si elles reculent leur siège avant grignoteront l’espace des passagers arrières dont les jambes deviendront soudain encombrantes. L’espace du coffre est quant à lui tout à fait satisfaisant.
La boîte de vitesse, dont la synchronisation est à l’image de la qualité des boîtes de vitesse Simca, semble un peu courte concernant le 2ème rapport et la course du levier est un peu trop grande.
Quant à sa manoeuvrabilité, la Simca affiche un trop grand rayon de braquage. Cependant, la direction est légère et précise. Le système de freinage est satisfaisant et la tenue de route est tellement surprenante qu’elle semble être l’atout maître de la GLS, dépassant largement sa rivale sur ce point. Par ailleurs, les deux barres stabilisatrices limitant l’angle de roulis en virage permettent une meilleure répartition de la puissance aux deux roues motrices.

Cette entrée a été publiée dans Voitures. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Simca 1100 GLS

  1. Laura dit :

    Je te prendrai nue… Ok je sors !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>