Histoire de Rochet-Schneider dans les deux guerres

Au sommaire
  1. Rochet-Schneider dans la première guerre mondiale
  2. Rochet-Schneider dans l'entre-deux guerres
  3. Rochet-Schneider dans la seconde guerre mondiale

Retourner au sommaire de l’histoire de Rochet-Schneider ici.

Rochet-Schneider dans la première guerre mondiale

Lorsque la première guerre fut déclarée, il fut décidé, sans l’accord des dirigeants, que les locaux de l’usine de Rochet-Schneider serait occupés par Renault afin que l’entreprise y poursuivit sa production de moteur d’avion. Cette occupation diminua progressivement à partir de la fin 1916 pour cesser l’année d’après. La production des automobiles Rochet-Schneider fut quasiment arrêtée, sauf celle des camions (« camion de guerre » de 1,5 tonne) ; l’usine en aurait fourni environ 1 363 unités à l’armée : 110 en 1914, 240 en 1915, 270 en 1916, 374 en 1917, 369 en 1918.

rochet schneider

Le camion de guerre type 1 500 kg

Du côté des automobiles, Rochet-Schneider fournit l’armée entre 1917 et 1918, à hauteur d’environ 120 unités de 18 ch et 40 de 25 ch.

Les ateliers, en dépit de l’occupation par Renault, purent continuer de travailler et exécutèrent notamment des travaux pour l’artillerie (obus). En 1914, environ 400 obus étaient produits par jour ; progressivement, la cadence augmenta jusqu’à 2000 et 3000 obus par jour.

La part primordiale prise par les véhicules motorisés dans la bataille de la Marne motiva le projet d’adapter les automobiles au Sahara. Dès lors, la camionnette de Rochet-Schneider joua un rôle important dans la conquête automobile du Sahara. Les premiers essais de liaison routière se tinrent au départ du terminus de la voie ferrée (Touggourt) vers Ouargla puis vers les postes éloignés au Sud (El Golea et In Salah). Croyant en l’ « Automobile des sables », le général Laperrine donna l’ordre de création, en 1917, de la TM 1191 (compagnie du Transport du Matériel), avec une vingtaine de camionnettes de la société. Cette compagnie se substitua progressivement aux Méharis dans la région.

En outre, Rochet-Schneider participa à la reconnaissance aérienne de 1919-1920 pour l’installation d’une organisation postale transsaharienne, avec 30 de ses camionnettes, livrées dans le Sud Algérien. Le convoi, qui était parti de Touggourt le 27 décembre 1919, passa à Inifel le 8 janvier 1920 et à In Salah le 17 janvier. Il repartit, complet, le 22 janvier, traversant avec difficultés le Tidikelt, passant dans les gorges d’Arak le 27, dans le Iniker le 29 et finit par arriver le 31 janvier à Tamanrasset. Cependant, l’expérience fut arrêtée après la mort soudaine du général Laperrine au début de l’année 1920. Toutefois, ce fut une étape déterminante dans la conquête mécanique du grand désert, étape franchie par les camionnettes lyonnaises.

Durant la première guerre mondiale, l’entreprise produisit également 1 400 ambulances pour l’Armée.

Rochet-Schneider dans l’entre-deux guerres

Après la guerre, Rochet-Schneider continua dans sa politique de « faire peu mais bien » et délaissa «la construction en grande série qui ne permet pas d’apporter à chaque châssis tous les soins qui sont nécessaires à sa construction parfaite» (Album n°140 de 1921).

Cependant, l’entre-deux guerre fut une période relativement difficile compte tenu de l’étroitesse du marché de la voiture haut de gamme et des effets des accords «rail-route» sur les véhicules industriels. La construction de véhicules industriels commença à se développer dans les années 20.

L’année 1931 marqua la cessation de la production automobile : le dernier modèle, qui avait été lancé en 1929, était une « Rolls » lyonnaise dont la silhouette et la mécanique étaient rafinnée ; la prestigieuse 26-six, dotée d’une cylindrée de 5,4 L. Elle ne fut cependant produite qu’à très peu d’exemplaires. Après 1932, Rochet-Schneider ne produisit plus que des châssis mécaniques d’autobus et de camions.

Un type 32000 B de 1932

En parallèle, Rochet-Schneider acheta la licence du moteur diesel Oberhänsli. L’entreprise tenta de rationaliser ses coûts en standardisant ses châssis et ses moteurs : cependant, l’entreprise disposait d’un grand nombre de modèles homologués (neuf en 1931, autant en 1932 et 1933, jusqu’à 16 en 1938) et peu d’unité de chaque étaient fabriquées (entre 300 et 500 par an, pour 800 salariés). Dès lors, les résultats n’étaient pas satisfaisant.

rochet schneider

Un type 32000 B de 1932

Rochet-Schneider dans la seconde guerre mondiale

En 1939, le commencement de la seconde guerre mondiale perturba la production : les commandes de guerres furent passées par l’administration. Entre octobre 1939 et juin 1940, 500 camions et autocars militaires sortirent de l’usine. Les commandes d’obus, quant à elle, n’étaient pas encore exécutée en raison des lourdeurs administratives. Par la suite, les programmes furent décidés par l’organisme d’état : le Comité d’Organisation de l’Industrie Automobile dont le délégué pour la zone non-occupée était René Deruelle (Directeur général de Rochet-Schneider). Il disparut soudainement en novembre 1944.

Par la suite, en 1942, 1 500 camions, (dont des types 420 avec un PTC de 10 et 11 tonnes) fonctionnant au gazogène ou gaz de ville, furent fabriqués, à destination de la zone occupée et non-occupée, et de l’armée allemande. Une centaine de tracteurs agricoles fut aussi livrée.

rochet schneider bus

Bus découvert de 1928

 

Voir la suite de l’histoire de Rochet-Schneider ici.

Cette entrée a été publiée dans Histoire. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Histoire de Rochet-Schneider dans les deux guerres

  1. billat dit :

    Suite à votre document sur la marque rochet schneider, j ai quelques éléments sur le tracteur agricole type ta 420 fabriquer en 1943 équipé d un gazogène bois modèle facel. Je possède un exemplaire de ce tracteur dans un état très proche de l origine (sans gazo ) je l ai conduit dans les années 1955 a 1965 sur la ferme ou je suis né, après quelque recherche, j ai récencé 7 à 8 exemplaires sur le territoire français.

    • elisabeth dit :

      Bonjour,

      nous vous remercions pour votre message. Si vous souhaitez partager les informations que vous avez à ce sujet, c’est avec plaisir que nous pourrons consacrer un article sur ce tracteur agricole. En outre, si vous avez des photos que vous souhaiteriez voir publiées, vous pouvez nous les envoyer par email afin que nous les mettions sur l’article. Cela permettra d’étoffer un peu plus l’article sur l’histoire de cette marque.
      Cordialement,

  2. billat dit :

    oui j aimerai un contact de votre par pour communiquer sur ce tracteur rochet schneider ta 420 , ou vous joindre ?? une adresse mail merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>