Quelle est la voiture dans le film Christine ?

Christine (intitulé à l’écran sous le nom de John Carpenter’s Christine) est un film américain d’horreur surnaturel de 1983 réalisé par John Carpenter. C’est l’occasion pour les 40 ans du film de revenir sur la star qui n’est ni plus ni moins une voiture !

affiche du film Christine de John Carpenter

Écrit par Bill Phillips et basé sur le roman du même nom publié par Stephen King en 1983, le film suit les changements dans la vie d’Arnie Cunningham, de ses amis, de sa famille et de ses ennemis adolescents après qu’il ait acheté une Plymouth Fury 1958 rouge et blanche classique (pour 250 $) nommée Christine. Une voiture qui semble avoir une âme propre et une personnalité jalouse et possessive, ce qui a une mauvaise influence sur Arnie.

Attention lorsque l’on s’approche de la voiture !

Sorti aux États-Unis le 9 décembre 1983, Christine a reçu des critiques généralement positives et a rapporté 21 millions de dollars au box-office. Le film est depuis devenu un classique culte. Un remake serait en cours de développement.

Je ne vous spoile pas plus le film, au cas où vous ne l’auriez pas encore vu et passons maintenant à la voiture du film en elle-même !

La voiture star du film Christine

Bien que la voiture du film soit identifiée comme étant une Plymouth Fury 1958, alors que les publicités radio promo du film annonçaient « c’est une Fury 57 », deux autres modèles de Plymouth, la Belvedere et la Savoy, ont également été utilisés pour représenter la maléfique automobile à l’écran.

John Carpenter a passé des annonces dans tout le sud de la Californie à la recherche de modèles de Fury, et a pu en acheter vingt-quatre dans différents états de délabrement. Il faut dire que c’était déjà des voitures américaines anciennes en 1983 ! Elles ont été utilisées pour construire un total de dix-sept copies de la voiture du film. Toutes les voitures étaient des hardtops à deux portes.

La voiture du film Christine une fois accidentée
La voiture du film Christine une fois accidentée

La production totale de la Plymouth Fury 1958 n’a été que de 5 303 unités, elles étaient déjà difficiles à trouver et chères à acheter à l’époque. De plus, les vraies Furys n’existaient qu’en une seule couleur, « Sandstone White » avec un intérieur « Buckskin Beige », que l’on voit sur les autres Furys de la chaîne de montage pendant les premières scènes du film, bien que la voiture du roman de King ait été commandée avec une peinture personnalisée rouge et blanche. Afin de contourner le problème de l’obtention de cette garniture rare, les voitures étaient équipées de la garniture Belvedere « Dartline », plus courante. Plusieurs véhicules ont été détruits pendant le tournage, mais la plupart des voitures étaient des modèles Savoy et Belvedere habillés pour ressembler à la Fury. Au moins une Savoy 57 a été utilisée, sa partie avant ayant été modifiée pour ressembler à une 58.

Certains des détails fournis par Stephen King sur la voiture étaient incorrects dans le roman. La Plymouth Fury 1956-1958 n’était disponible qu’en coupé deux portes, alors que le livre la décrit comme une berline quatre portes, ce qui en aurait fait un modèle Savoy ou Belvedere. Pendant la scène d’étouffement de Leigh, on voit que Christine a des « boutons » de verrouillage verticaux communs sur les panneaux intérieurs des portes. Les véhicules Chrysler de cette époque n’étaient pas équipés de tels boutons. Pour verrouiller la porte, il faut pousser la poignée de la porte vers le bas. King mentionne également un levier de changement de vitesse pour la transmission automatique, mais dans la réalité, il s’agit d’une commande à bouton-poussoir.

À l’origine, Carpenter n’avait pas prévu de filmer les scènes de régénération de la voiture, mais il a donné trois semaines au superviseur des effets spéciaux Roy Arbogast pour concevoir un moyen pour la voiture de se reconstruire. Arbogast et son équipe ont fabriqué des moules en caoutchouc à partir de l’une des voitures, y compris une partie avant entière. L’une des voitures a été dépouillée de son moteur pour accueillir des systèmes hydrauliques montés à l’intérieur qui ont tiré le châssis vers l’intérieur, froissant la voiture, le plan étant ensuite tourné à l’envers dans le film final.

Vingt-trois voitures ont été utilisées dans le film. Initialement vendu comme ferraille après la fin du tournage, l’un des véhicules survivants les plus connus a finalement été sauvé de la casse et restauré. Il a ensuite été acheté par le collectionneur Bill Gibson de Pensacola, en Floride.

L’une des Christine a été vendue aux enchères lors d’une vente aux enchères de voitures en Floride en janvier 2020. Elle était alors estimée entre 400 et 500 000 dollars US. Pas mal pour un bout de ferraille !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *