Peugeot 203

Au sommaire
  1. L'histoire de la Peugeot 203
  2. La mécanique de la Peugeot 203
  3. L'évolution de la Peugeot 203

peugeot 203Au sortir de la guerre, les usines de Sochaux devaient retrouver leur dynamisme pour pouvoir repartir et relancer l’activité de l’entreprise. Malgré les bombardements et pillages des années de guerres et les problèmes d’approvisionnements qui perdurèrent après la guerre, l’activité reprit progressivement.

L’histoire de la Peugeot 203

La genèse de la Peugeot 203 remonte à l’année 1947, lors de laquelle le magazine « L’action Automobile » communiqua à ses lecteurs les photos du projet en cours : une maquette 1/1 du prototype P4, la future 203, qui se trouvait dans la cour de l’usine de Sochaux. La 203 qui vit le jour par la suite fut fidèle à cette maquette, mis à part le dessin du dispositif d’éclairage de la plaque de police arrière. Il est incontestable qu’à cette époque Peugeot s’inspira des lignes dessinées outre-atlantique, où l’industrie automobile avait le vent en poupe. Ainsi, il est possible de remarquer une ressemblance avec la Chrysler de 1941 (face avant) ou la Hudson millésime de 1940. Plus évidente, la référence au style américain se retrouve dans les ailes imposantes et arrondies. La 203 est aujourd’hui la plus américaines des voitures anciennes françaises !

Différentes versions furent mises au point :

 

La mécanique de la Peugeot 203

L’automobile s’inscrivait dans la famille des 7 CV avec un 4 cylindres en ligne, soupapes en tête et chemises amovibles, offrant 42 ch à 4 500 tr/min grâce à une cylindrée de 1 290 cc. Plutôt original pour une voiture vouée à être diffusée largement, la 203 disposait d’une culasse coulée en Alpax, avec des chambres de combustion hémisphériques dans lesquelles se logeaient des bougies en position centrale et des soupapes inclinées.

Peugeot 203 moteur

Au final, le moteur de la 203 développait 12 CV de plus que la 202. Petit bémol concernant la boîte de vitesse : elle n’offrait pas de synchronisation pour la 1ère et fit, à ce titre, l’objet de nombreuses critiques. Ce n’est qu’en 1954 que la 203 disposa d’une nouvelle boîte type C2, entièrement synchronisée.

La carrosserie était monocoque, les suspensions avant aux roues indépendantes gardaient un système avec un ressort à lames transversales, l’arrière était composé d’un essieu rigide avec ressorts hélicoïdaux et une barre stabilisatrice, le rayon de braquage fut raccourcit grâce à la direction de type crémaillère.

Particularité de la 203, elle disposait de 2 batteries de 6 V groupées et placées devant le radiateur, ainsi que d’un pont à vis permettant de descendre le tube de poussée, améliorant la stabilité de la voiture.

L’évolution de la Peugeot 203

La 203 fut présentée au Salon de Paris de 1947, en dépit du fait qu’elle faisait toujours l’objet d’ajustement : Peugeot mit en place une politique publicitaire importante afin de préparer le consommateur à la venue de la 1ère voiture Peugeot d’après guerre.

Peugeot 203 publicite

A cette époque, la seule réelle concurrente de la 203 était la Simca Huit 1 200, berline à 4 portes, un peu démodée au niveau du style. Prévue également pour transporter 4 personnes, l’espace proposé par cette Simca était cependant jugé un peu trop juste. Elle disposait d’un 4 cylindres, soupapes en tête, de 1 221 cc, proposant 40 ch à 4 000 tr/min et offrant une vitesse maximale de 120 km/h. La version berline coûtait  421 300 francs en 1949.

peugeot 203 berline

Une Peugeot 203 Berline de 1949

Comme la majorité des constructeurs européens victimes de la guerre, Peugeot ne proposait qu’un modèle unique ; cependant, la marque voulut étoffer sa gamme  de voitures et, pour ce faire, déclina la 203 en différentes versions : la 203 découvrable puis la 203 cabriolet, la 203 de luxe (avec toit ouvrant), la 203 coupé, la 203 finition affaires et surtout les 203 familiale et 203 commerciale. Ces versions furent mises en production dès 1949, assemblées au rythme de 50 unités par jours dès janvier 1950.

Progressivement, des changements apparurent sur les nouveaux modèles de la 203 :

  • la malle à bagages s’ouvrit par une tirette placée à gauche du siège conducteur qui remplaçait les 2 poignées installées de chaque côté de la plaque de police
  • les flammes décoratives en métal placées sur le haut des ailes furent supprimées
  • les crosses du par-choc avant se rapprochèrent de la plaque minéralogique
  • la sécurité passive imposa le retrait des tubes chromés de maintien surplombant les sièges
  • la forme en demi-lune du compteur de vitesse fut abandonnée et la graduation passa de 120 km/h à 130 km/h
  • le lave-glace de pare-brise apparut en 1954
  • les flèches de direction furent remplacées par des clignotants ronds, en 1957

La dernière Peugeot 203 à sortir de l’usine fut une 203 modèle luxe, le 25 février 1960, portant un bandeau « Fin » témoignant de la longue vie et du symbole que représentait la 203 pour les ouvriers Peugeot. 557 629 unités virent le jour, tous modèles confondus, et assura à la marque une place dans le peloton de tête des constructeurs automobiles européens.

Cette entrée a été publiée dans Voitures. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Peugeot 203

  1. SUFFIH Fouad dit :

    Bonjour, je tiens à vous dire que la 203 est une merveille de Peugeot, j’en raffole,pour le moment je suis à la recherche d’une veille 203 même en panne pour la restaurer mais bon, la où je suis (MOSTAGANEM ALGÉRIE) c’est pas évident du tout. Alors, SOS à tous ceux qui peuvent m’aider à réaliser cette folie. Merci.

  2. MecaTrouve dit :

    Bel article avec une documentation poussée.
    La « Berline de 1949″ de la photo me plait beaucoup !

  3. FALL dit :

    Ici à Dakar j’ai un ami qui en a DEUX et peut en vendre;

  4. lamouchi taoufik dit :

    je ne peux pas commencer ma journée sans caresser ma belle 203 de 1954.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>