Volkswagen Passat LS

Au sommaire
  1. Niveau mécanique
  2. Niveau intérieur

« Passat, c’est la désignation allemande des vents alizés qui, par le monde, ont fait garder le cap à la navigation à voile. La constance est leur vertu. Christophe Colomb a été porté par ces vents jusqu’aux Amériques ». Voici les termes de la notice de présentation du constructeur. Sur ce nom porté sur les fronts baptismaux par le nouveau modèle V.W.
Ces vents ont dû largement souffler sur les services techniques et commerciaux de Volksburg : en effet, la Passat abandonne la tradition Volkswagen. Le constructeur déclare d’ailleurs : « La Passat, première voiture d’une génération de Volkswagen marque une date fondamentale dans l’histoire de la marque allemande. Elle symbolise l’entrée du premier constructeur européen dans une ère nouvelle de son développement » .

En effet, depuis 1939, toutes les VW sont équipées d’un moteur quatre cylindres à plat opposés deux à deux et refroidi par air, disposé à l’arrière. La célèbre coccinelle, premier modèle de la firme, continue sa longue marche et ce ne sont pas les divers replâtrages qui ont modifié son visage. En 1974, elle représentait encore 5800 exemplaires/jour soit 65% de la production et 16 millions de véhicules sortis de chaînes. Cependant, la Passat tourne le dos à cette conception.

Ainsi, la LS est une traction avant avec, en plus, un moteur quatre cylindre en ligne refroidi par eau ; on peut rappeler que la K70 marquait la première étape sur cette route. En fait, le jeu des alliances et des regroupements a placé sous la houlette VW des firmes fort compétentes dans ce domaine technique. De même, les résultats positifs enregistrés et les goûts de la clientèle ont influencé la direction VW. Si la K70 sortait des cartons à dessin NSU, la LS est directement issue, au niveau de sa conception, du bureau d’études d’Ingolstadt. Elle se présente, au niveau technique, comme une Audi série 80, avec la même carrosserie personnalisée par l’italien Giorgio Giugiaro.

La gamme, offrant en tout et pour tout 22 versions, se décline ainsi :

  • berlines deux portes moteur 1300, et moteur 1500 avec 75ch ou 85ch
  • berlines quatre portes moteur 1300, et moteur 1500 avec 75ch ou 85ch
  • breaks 1500 avec 75ch ou 85ch

Niveau mécanique

En dépit de toutes les versions du modèle LS, il n’y a que 3 version de moteurs : le modèle de base accueille en effet un 1300cc de 60 ch, la TS un 1 500 cc avec carburateur double corps développant 85 ch et les modèles L et LS sont équipés d’un moteur 1 500 cc affichant 75 ch à 5 800 tr/min.
Le moteur, légèrement incliné vers l’avant, est un quatre cylindres en ligne avec arbre à cames en tête. Il est entraîné par une courroie crantée et les soupapes en tête sont commandées par poussoirs.
La boîte de vitesse propose 4 rapports synchronisés avec une certaine lenteur toutefois lors du retour à la première, la direction dont la douceur permet des manœuvres aisées est à crémaillère avec un rayon de braquage de 10,3 m, le système de freinage se compose de disques à l’avant et de tambours à l’arrière avec des circuits hydrauliques montés en diagonale, le réservoir de carburant a une capacité de 46 litres, le carter moteur de 3 l, la transmission de 2 l et le circuit de refroidissement de 6,2 l. La Passat affiche un poids total de 885 kg. Enfin, quant à sa tenue de route, sa qualité en fait une voiture sûre et facile à conduire.
Le moteur est vif, peine rarement et répond sans problème aux sollicitations du conducteur. Quant au bruit du moteur, il est filtré de manière à satisfaire le confort des passagers. La consommation peut osciller de 7,5 l à 14,5 l selon que la conduite est plus ou moins sportive. A noter que le moteur monte rapidement dans les tours et qu’il est facile de faire du surrégime, ce qui pourrait à terme fatiguer prématurément le moteur.

Niveau intérieur

Le confort est relativement satisfaisant : sobriété VW au rendez-vous, sièges séparés à l’avant, banquette à l’arrière, espace habitable convenable, poignées de maintien au pavillon, réglage du siège pilote permettant une bonne position de conduite, bonne visibilité, vide poche fermant à clé, voyants de contrôle avec système de rhéostat d’éclairage favorisant la conduite nocturne ou encore aérateurs latéraux orientables de chaque côté du tableau de bord. A noter tout de même que la dureté des sièges, la faible luminosité de certains voyants tels ceux des clignotants, le non retour automatique du levier des clignotants ou encore l’absence de hayon relevable au niveau du coffre pour les berlines et l’impossibilité d’ouvrir les fenêtres à l’arrière noircient quelque peu le tableau.

Finalement, la Passat est dans l’ensemble une automobile agréable à conduire et sûre, dotée d’une tenue de route très bonne, d’une direction précise et d’un moteur souple offrant des performances intéressantes. Il faudra retenir tout de même la fermeté des suspensions et le freinage sensible à la charge de l’automobile comme points négatifs.
La Passat marque un changement technique important chez VW qui ne sera plus du « tout à l’arrière », changement déjà engagé avec la K70.

Cette entrée a été publiée dans Voitures. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>