Maserati Biturbo

Maserati dévoile au début des années 80 un coupé qui se démarquera quelque peu de son image de voitures de luxe et de sport. Suite à son entrée dans le groupe de Tomaso, Maserati a decidé de s’orienter vers une gamme plus accessible au commun des mortels.

 

Malgré son passé prestigieux de constructeur de voitures de course et de luxe, Maserati connait des difficultés fin des années 70. La firme de Modène produit encore des coupés quelque peu vieillissant comme les Merak, Khamsin, Kyalami… ou encore la berline Quattro-porte, autant de modèle prestigieux réservés à une clientèle habituée au très haut de gamme. En 1976, l’intégration de la firme au groupe de Tomaso donne naissance à ce coupé biturbo, plus commun. Les dirigeants souhaitaient se rapprocher de modèles plus accessibles et aller chasser sur les terres des BMW 323I, Porsche 924 et autres Alfa GTV. Malgré une esthétique de la carroserrie assez banale, tout est relatif, son atout principal reste une superbe mécanique digne de la famille.

En effet, les stylistes du centre de design de de Tomaso ont réalisé un coupé quatre places qui passerai presque inaperçu sans le fameux trident qui orne la calandre. Les puristes de la marque italienne ont de quoi êtres déroutés : pare-chocs imposants, ceinture de caisse haute et phares rectangulaires ne lui confèrent pas le look habituel des Maserati.

Les valeurs de la marque se retrouvent, avec ce coupé, sous le capot. Il s’agit ici d’un bloc « carré » à 3 soupapes par cylindre dont 2 pour l’admission avec 2 turbo-compresseurs IHI. Les arbres à cames se retrouvent entrainés non plus par chaîne mais pas courroie crantée. Le 2 litres est accouplé à une boite manuelle ZF 5 rapports et fournit 180 ch à 6000 tr/mn. Cet ensemble assure au coupé Maserati une bonne position face à la concurrence avec des performances de 29 secondes aux 1000m et une vitesse de pointe de 215 km/h. La Biturbo, grâce à ses performances assure à Maserati un succès commercial et lui permet de rétablir ses finances.

Une version plus poussée du coupé en 2,5 litres (200 chevaux à 5500 tr/min) sera proposée en 1983 avant l’arrivée d’une version berline et d’un spider.

Cette entrée a été publiée dans Voitures. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>